68"... Alors au début, quand les journaux parlaient de "Nanterre" et des "enragés", ça faisait un peu l'effet d'une pèce de théâtre. Un décor avec du bruit dedans.

Mais c'était un bruit qui se rapprochait."

Alors que début 1968, Maud, alter ego de l'auteure, prépare tranquillement son bac, elle ne se doute pas encore qu'elle vivra bientôt une année charnière, qui lui fera prendre pied dans le monde qui l'entoure et quitter celui de l'enfance. Elle vit dans un appartement du quartier latin et est donc aux premières loges lors des premières manifestations du mois de mai. D'abord spectatrice, derrière sa fenêtre, fascinée et parfois effrayée, elle rejoint bientôt la rue et le mouvement étudiant, soutenue par sa mère, participe aux Comités d'Action Lycéens avec son cousin et découvre le poids du collectif.

Ce roman se rapproche du journal par sa forme, Paule Du Bouchet livre le récit des événements au jour le jour, du point de vue de la jeune fille qu'elle était alors, une lycéenne un peu naïve et complexée qui va sortir très vite de sa chrysalide. Ce roman parle d'art (notamment des affiches de l'Atelier populaire) de politique, d'ancien monde et de révolution des esprits mais c'est aussi l'histoire d'une jeune fille, l'éveil d'une conscience. Maud va vivre des émotions fortes grâce auxquelles elle se sentira appartenir au monde. L’atmosphère de ce mois de mai est palpable : l'ambiance de fête, d'effervescence, d'agitation des idées mais aussi de violence (répressions, mort de Gilles Tautin) et de déceptions. A la rentrée suivante, les lignes ont assurément bougé : « En mai, le monde avait été imaginé. A présent, il fallait le rendre possible »

"Et cette année, c'était une promesse de vie. La nôtre d'abord, qui commençait, s'étendait droit devant à l'infini, bien plus loin que l'horizon des journées, des agendas et des cahiers de texte. On a compris bien plus tard que c'était aussi celle de toute une génération, qui allait grandir et avoir des enfants qui, à leur tour, auraient dans leurs gènes tout ce qui s'était passé d'extraordinaire, de nouveau, de singulier, durant ce mois-là".

(Fabienne)

 

OPAC Détail de notice

 

Du même auteur :

OPAC Recherche Simple