bratata

logovide 252px

logovide 289px
logovide 282px

Médiathèque Le blé en herbe - Erquy

"Plus fort que le diable peut-être, Dan. mais tu vois, pas assez face à de vieux démons... Et plus giantc'est caché loin, plus ça fait mal quand ça sort, ces satanées bestioles..."

New-York, début des années 30. Des Irlandais, venus par centaines, fuyant la misère ou la guerre civile, sont embauchés pour construire les gratte-ciel et en particulier le Rockfeller Center. Ils vivent pauvrement dans une sorte de ghetto et envoient l'argent à leur famille restée dans la verte Eire, ne désespérant pas de la faire venir plus tard dans l'eldorado américain. Parmi eux, Giant, un taiseux, un ours, qui décoche rarement plus de 3 mots à la suite et dont on ne connaît guère plus que le surnom... Pourtant Dan, nouveau dans l'équipe et causeur invétéré, est aimanté par ce géant et va tenter de l'amadouer, au risque de faire la conversation tout seul. Du haut des buildings en chantier, un pas de côté et c'est la mort assurée : Ryan Murphy a ainsi perdu la vie et c'est Giant qui doit écrire à sa femme restée au pays pour lui annoncer le drame ; l'histoire peut commencer, je ne vous en dis pas plus pour ne rien gâcher...

"Les gens racontent même que lorsqu'on manque de place dans la cité, on met une rue à la verticale, et on la rebaptise Gratte-Ciel'

Mikaël explique en préface que l'idée de cette BD est née de la fameuse photo longtemps attribuée à Lewis Hine, représentant des ouvriers tranquillement installés sur une poutre de building en construction, à une hauteur vertigineuse. Giant est un hommage aux immigrés qui ont fait New-York mais aussi à la ville elle-même, à sa verticalité soulignée par les cases tout en hauteur. Le sujet bien-sûr, inscrit l'histoire dans une époque précise, celle de la Grande Dépression, mais en plus, l'auteur parvient mine de rien à nous faire palper l'atmosphère, par des détails dans le dessin (les publicités ventant l'american way of life – malgré tout - , les affiches appelant à voter Roosevelt... ), par des situations (les rivalités entre Irlandais et Italiens), les films de Chaplin... Une bande dessinée qui brise les codes habituels du genre : le format des cases s'adapte aux paysages urbains, les bulles ne se lisent pas forcément de gauche à droite ni de haut en bas et cela colle au côté débridé de la vie dans le ghetto ! Une histoire qui nous embarque tout de suite, un homme qui titille notre curiosité, le tout servi par un dessin sublime, très réaliste, le brun et l'ocre dominent, reflétant la noirceur du scénario. Ce que ne dit pas le texte, le dessin le suggère et les dernières images nous donnent très très hâte de découvrir le second tome !!!

(Fabienne)

 

OPAC Détail de notice